Archive for Carte Blanche

Coup de Cœur Mode #1

51 rue Bonaparte, 75006, Paris.

WHAT FOR ?

     Issue du groupe STELLA FASHION, producteur de chaussures de luxe depuis plus de trente ans, What For est une marque exigeante et créative. Elle a su créer une atmosphère chic et nomade au fil de ses différentes collections en alliant parfaitement qualité et originalité des modèles. La première boutique a vu le jour dans le célèbre quartier du Marais à Paris en mars 2013. (Ma mienne était rue Bonaparte)

     Fidèle à l'image du groupe, What For se distingue par sa maitrise de la qualité et de la noblesse des matières, des couleurs et son sens pointu du détail. Les modèles sont faits majoritairement de cuir, souvent même jusqu’aux semelles. Les équipes de stylistes des 4 coins du monde façonnent chaque saison des modèles tendances, chics et subtils dans deux laboratoires de création: le premier est à Paris et  le second à Venise. Les modèles sont réalisés avec passion, du petit détail en métal jusqu’au talon travaillé, les collections  de chaussures What For se succèdent avec toujours cette recherche de la perfection et de l’originalité indispensables.... Bla bla bla -> CLIQUE ICI.

     C'est le nom de la marque qui a retenu mon attention. Cela faisait des mois que je regardais la vitrine, que je reluquais ostensiblement les paires de chaussures, sans jamais entrer dans la boutique. Mais un jour, je vous ai vues, vous étiez , un peu timide et gênée de trôner si haut, avec vos amies, une version rose poudré de vous même. Là, j'ai su, je devais venir vous sauver, d'une potentielle maîtresse qui vous aurait mal assortie avec un pantalon patte d'éléphant ou pire ... d'une jupe culotte longueur mi-mollet !

NOOOOOOOOOOOOOoooooooooooOOOOOOOOOOOON

[That trend needs to die in 2016]

     J'ai attendu les soldes et là, je suis enfin entrée dans votre petite maison, je vous ai regardées, vous m'avez regardée, on s'est regardé, je me suis vue en vous, vous avez crié mon nom. J'ai demandé pour vous, vous étiez les dernières, les seules en taille 40. C'était une évidence, vous m'attendiez. Je vous ai mise à mes pieds (avec votre consentement) et là nous avons su que nous étions faites l'une pour l'autre.

Du coup, je vous ai achetées, wesh.

IMG_8445 (1)

Super confortables, assez larges pour mes pieds

de gladiatrice, une cambrure aussi jolie que la croupe

d'une licorne, bref j'ai mis mes pieds dans des

chaussures à rendre jalouse toutes les princesses Disney.

Marie

Marie Logo

Le fardeau des mignonnes

     J'ai vu beaucoup beaucoup de posts sur les réseaux sociaux sur un sujet brûlant qui révolte pas mal de personnes qui, dans la vraie vie, ne font pas souvent grand chose, quand cela se passe sous leur nez ... (pas tous, hein, qu'on s'entende bien !) Du coup, j'ai bien eu envie d'écrire quelque chose sur le sujet.

LE HARCÈLEMENT DE RUE

ou

LE FARDEAU DES MIGNONNES ?

     Oui, je dis le "le fardeau des mignonnes", c'est méchant, mais c'est vrai, il suffit que tu sois un minimum apprêtée, que tu aies un joli minois, un corps plutôt pas mal (l'architecte qui s'est occupé de ton cas pesait dans le game), pour que tu sois amenée à connaître ce genre de situations :

  • On t'arrête souvent dans la rue, pour "discuter", demander ton numéro, te dire que tu es joli(e) ou bonne. (oui, ça change rapidement de registre)
  • On te fixe avec des expressions faciales qui débordent de lubricité imposée et dégueulasse.
  • On te colle dans le métro et bizarrement, cette personne se balade avec un concombre contre toi, ou a besoin de ton corps pour se tenir, à la place des barres prévues à cet effet.
  • On te suit, alors que tu n'as pas commandé de BodyGuard et que tu n'es pas Whitney Houston.
  • On te siffle, puis te complimente, tu ne réponds pas, on t'insulte, puis parfois on te menace.

     Bon si t'es mignonne avec un corps avantageux - selon les codes sociaux de la presse féminine - et apprêtée, tu risques bien d'avoir tout connu et même plus ... (Faut pas chercher non plus la merde hein... comme dirait ->27% des Français<-)

     Du coup, ta vie quotidienne peut s'organiser en fonction de ce phénomène.

(qui est loin d'être nouveau, mais qui est très médiatisé et à la mode en ce moment)

     Vous autres, ceux et celles qui ne sentent pas concernés, vous ne me croyez point ? Tu ne me crois pas ? Non, c'est juste que tu n'en as pas encore pris conscience ! Mais, ce que je te dis est d'autant plus vrai si tu as déjà :

  • Choisi ton wagon dans le métro selon les gens qu'il y avait à bord, pensant éviter au maximum d'éventuelles situations où tu pourrais être ennuyé(e).
  • Fait attention à bien placer ton sac en bandoulière pour établir une barrière entre les gens et toi.
  • Préféré un itinéraire plutôt qu'un autre parce que tu rentres seule à pied, et que tu as peur que quelque chose ne t'arrive sur le chemin.
  • Renoncé à te maquiller ou Choisi ta tenue en fonction du quartier où tu vas, des chemins que tu vas peut-être emprunter, de peur d'attiser des brasiers dans les pantalons.
  • Pris un Uber ou un Chauffeur-privé parce que "c'est plus sûr" que Heetch ou que de prendre les transports.

     Qu'on soit bien d'accord, ce n'est pas parce qu'on a pris ces habitudes, que l'on doit continuer à faire comme si de rien était...


     Pourquoi ce sujet est-il si compliqué, alors que, pour la plupart, les solutions semblent évidentes ?

     Ce n'est pas si évident que cela, en fait, il ne faut pas prendre tous les hommes pour déviants sexuels et c'est parfois très délicat de définir une situation de harcèlement de rue. À chaque fois qu'un homme vous adresse la parole, un bonjour par exemple, ce n'est pas tout de suite du harcèlement ! Et celles qui disent le contraire, s'il vous plaît, ayez un minimum de bon sens, dans ce cas là, le jeune homme qui distribue les magazines ou les flyers doit avoir un casier judiciaire aussi lourd que King Kong.

     Entre nous, un compliment, ça ne tue pas, je ne sais pas si c'est Maria Latina qui parle mais, si je n'avais jamais de compliment de la part d'inconnus et inconnues dans la rue, je serai un peu vexée, voire même malheureuse (drama queen)... Il y a des manières de dire, c'est sûr, mais quelqu'un qui vient te dire que tu es jolie, belle ou beau, ou te faire un compliment non sexué/sexuel sur ta tenue, sans faire allusion à des arrières-pensées cochonnes, c'est mignon, ça fait plaisir, même si tu ne lui as rien demandé, alors ne l'envoie pas tout de suite au bûcher. Tu peux dire merci et même que parfois, ça peut s'arrêter là !

     Je dis ça en connaissance de cause, pas au nom de toutes ou tous, mais de certain(e)s (et en mon nom) qui ont été, à un moment de leur vie, victime de violence et/ou d'agressions sexuelles, il ne faut pas tout confondre. Ce n'est pas parce qu'on t'a mis une main aux fesses que tu as été violé(e), ce n'est pas parce qu'on t'a bousculé que tu as été tabassé(e), s'il vous plaît, respectez la douleur des victimes qui ont dû subir cela. C'est extrême ce que je dis, mais tout autant que les propos de certains et certaines. Il faut de temps en temps établir la situation, voir le contexte, pour ne pas finir comme dans Jacky au pays des filles.


Je vais vous faire rire (jaune) avec le Hashtag #WhenIwas :

#WhenIwas 9 ans, ma mère m'a dit que je ne pouvais plus faire de balançoire au parc parce que j'étais trop grande et que j'allais attirer les pédophiles avec mes cuisses.

#WhenIwas 13 ans, j'étais en ville, quand un trentenaire est venu me draguer ouvertement devant ma mère, quand elle lui a dit mon âge, en le fusillant du regard, il a dit "C'est pas grave, je peux attendre sa majorité sexuelle".

#WhenIwas 15 ans, je me suis faite arrêter sur le chemin du lycée par un sexagénaire en voiture, je pensais qu'il voulait demander son chemin, non, il voulait me revoir, en se léchant les babines. (à travers sa cataracte)

     En dehors de cela, pour que les choses changent, il faut commencer par changer soi-même, ne plus acquiescer, de plus subir en silence, ne plus baisser la tête et faire comme si on entendait rien quand on nous insulte, ne plus laisser faire sous nos yeux sans se sentir concerné(e), homme ou femme ! Ah Oui, je pense aussi à des amis qui, pour leur orientation sexuelle, ont déjà été dans ce genre de cas de figure.

Vous savez quoi ? On peut organiser la résistance en attendant.

On peut se moquer d'eux, c'est pas notre jupe qui est trop courte, mais leurs idées !

Les prédateurs ont une morale parfois vous savez ... Moi pour les éloigner, je n'en ai plus et je fais comme si j'avais des troubles du comportement et psycho-moteurs.

Du coup, faites des têtes che-lous.

Marie

Marie Logo

Petits plaisirs

Inspirée par le magazine Glamour, il m'a semblé sympathique de vous proposer une parenthèse un peu plus personnelle, et de lister ici les petites choses de mon quotidien qui font du bien.

Mon sent-bonbfr

Bois Farine, de l'Artisan Parfumeur. Acheté en décembre 2014, il ne me quitte plus. Sa douceur, et son odeur boisée-alimentaire m'évoque des images réconfortantes, comme de la pâte à gâteau, l'odeur de pain cuisant lorsque l'on passe devant une boulangerie, ou encore celle d'un nuage. Car oui, si un nuage devait avoir une odeur, ce serait celle de Bois Farine. C'est aussi ma madeleine de Proust, qui me rappelle toujours des souvenirs de l'année passée.

dyn002_original_385_567_jpeg_236_2e095657984cac1ca32a22479462e6acMon livre pour me vider la tête

Un bon recueil de poèmes. Capitale de la douleur de Paul Eluard, ou plus récemment, Cendres et Poussières de René Vivien que je vénère.

Ma destination detox 

La côte d'azur et les villages italiens qui la bordent. Pour cette odeur d'eau salée, de lavande, le chant des cigales et une cuisine riche et saine.

Mon mantra libérateur

"Don't cry because it's over, smile because it happened". De nature nostalgique, j'ai toujours tendance à voir la fin des choses comme une tragédie, une fracture dans ma vie. Me ressasser cette phrase me permet d'aller de l'avant, et d'accueillir à bras ouverts les nouvelles opportunités à venir.

Ma parenthèse relaxante

L'heure du goûter. C'est l'heure exquise! Elle est sacrée. Seule chez moi, ou accompagnée dans un joli café, j'aime boire une tasse de thé au jasmin, et grignoter de bons biscuits. Ce moment marque une pause essentielle dans ma journée.

Mon produit préféré coconut

Mon huile de coco 100% bio que j'utilise pour hydrater mon corps et mes cheveux. Un vrai produit miracle (Marie sera d'accord).

Ma musique "bulle"

Sûrement la dernière chanson coincée dans ma tête. Sinon, une ballade des Beatles ou même de la musique classique. J'adore Tchaikovsky.

Mon vêtement doudou

Une maxi-écharpe dans laquelle j'enfouis mon visage, et qui me sert aussi bien d'oreiller dans les transports que de châle.

Mon film/série réconfortant

Tous les épisodes de Sex & the City, sans aucune doute.

 

Je vous invite à reprendre ce petit questionnaire!

Bon week-end à tous !

Charly

charly logo

 
« Older Entries