Magritte 2016 | Exposition

MAGRITTE
LA TRAHISON DES IMAGES

AHHHHHHHH COURREZ-Y VITE !!!

Mais pas tous en même temps,

sinon ça fait une file d’attente trop longue.

Cette exposition n’est pas :

  • Une rétrospective.
  • Ennuyante.
  • Trop perchée au point de perdre les amateurs d’art du dimanche.

Cette exposition est :

  • Bien agencée en termes d’espaces.
  • Hyper stimulante pour la mémoire (si tu te souviens de ton lycée).
  • Une douche rafraîchissante de philo pas boring.

 

        La Trahison des images éclaire l’œuvre de Magritte non pas selon son parcours de vie, mais selon des réflexions philosophiques. Sans pour autant partir très loin dans les hautes sphères des étudiant(e)s en Philo préparant leur agrégation, il est exposé, dans 5 salles, différents thèmes de pensées. Les passages de textes sont très bien choisis, à la portée du plus grand nombre (je pense). Ils donnent des clefs de lecture à certains, et invitent à porter un autre regard sur les œuvres pour d’autres.

Les salles : 

  1. Portrait de Magritte en philosophie : de la beauté hasardeuse aux « problèmes ».
  2. Les mots et les images.
  3. L’invention de la peinture.
  4. L’allégorie de la caverne.
  5. Rideaux et trompe l’œil / La beauté composite.

        Il est vrai qu’il y a beaucoup d’œuvres, mais il y en a que l’on ne voit pas si souvent (j’ai été touchée par La main heureuse … sans jeu de mots olé olé), auprès des « superstars » (Ceci n’est pas une pipeLes amants), et il y a par exemple le Viol mais pas la version de 1934, souvent la plus connue, mais celle de 1945, où la chevelure du dit-visage imberbe est blonde, avec un fond aux tons pastels rose et bleu (oui, moi aussi je peux me la jouer « trahison des couleurs »).

        Beaucoup de personnes vont se remémorer leurs cours de philosophie du lycée ou de prépa, avec l’allégorie de la caverne de Platon et les passages d’Histoire Naturelles de Pline l’Ancien, d’autres vont découvrir et c’est justement ça qui m’a vraiment plu et enjaillé.

       Passer de l’ombre à la lumière, en allant des « entre-salles » aux fond noirs avec les « clefs » philosophiques aux salles blanches, avec les œuvres qu’ils « éclairent », est sans doute une extrapolation de ma part (#LatinaDramaQueen), mais c’est un détail que j’ai remarqué, et que j’ai trouvé peut-être pas très subtil mais tellement dans le vif du sujet de la tension entre les mots et les images.

    C‘est donc ça la recette magique de cette très belle exposition : une invitation à découvrir les symboles qui parcourent l’univers de Magritte, ces signes qui se retrouvent et se baladent de toile en toile, en donnant les clés pour décrypter, interpréter et aimer à sa façon, tels qu’on reçoit ces textes, tels qu’on les comprend. Il est vrai que ce n’est peut-être pas facilement à la porter des enfants mais bon … qui sait ?


  img_1532img_1526

  img_1523img_1527img_1520


Où ?

Centre Pompidou, Place Georges-Pompidou, 75004 Paris.

Quand ?

Tous les jours (sauf mardi) de 11h à 21h, les nocturnes jusqu’à 23h les lundis et jeudis. Jusqu’au 23 janvier 2017.

PS : Si les enfants que vous emmenez à l’expo ne font que chouiner et parler fort ou qu’ils sont du genre à parler fort et répéter 100 000 fois la même chose mais que vous ne leur dites jamais rien, je vous en prie, PAR PITIÉ mettez-leur une Gag ball, parce que c’est hyper méga violent les scénarios qu’on a en tête pour ces enfants lorsqu’on est dans la file d’attente, pendant 40 minutes, sans casque, sans musique.

Marie

Marie Logo

l’Enclos de Ninon | Salon de thé

68 rue Cardinal Lemoine, 75005, Paris.

Enclos de Ninon

14183677_207246953025503_5085375345609616309_n
.
Dimanche 15h.
Lendemain de soirée.
Famine.
 .
Je m’empresse de rejoindre Charly au Sugar Plum mais souci apocalyptique, le lieu tel qu’elle me l’avait fait découvrir a tout simplement disparu. À la place, nous entrons, perplexe dans l’enclos susnommé.
.
La commande se fait toujours auprès de la caisse, les pâtisseries bien fat comme les cheesecacke à l’Oréo et les Pecan Pie ont laissé place au Gâteau Thé Matcha, un peu plus hipster ? Bref, nous donnons sa chance à l’Enclos de Ninon.
 .
.
Pour moi le brunch est bien, bien,
bien, bien, bien, bien, bien, bien, bien
C-O-P-I-E-U-X.
Oui, j’insiste sur le BIEN parce que non seulement c’était fat,
mais pour le prix de 18,9 €, ça en valait vraiment le coup.

Brunch

  • Jus d’orange pressé, petite brioche.
  • Une soupe au chou à tomber par terre. Elle était velouté mais aussi légère, presque comme une mousse. Elle m’a réchauffé le corps et le cœur. Non, je n’exagère rien.
  • Une tarte oignon-foie gras avec une salade de mâche et des petites carottes râpées bien assaisonnées. Bon, ça ne ressemblait pas vraiment à une tarte, mais plutôt une sorte de galette ou cookie géant, et dans ton palais tu ne distingue pas vraiment l’oignon du foie gras, ce qui est un peu dommage, mais rien de grave à en fouetter Satan.
  • Un Chocolat chaud et un dessert à la poire « tarte poires pochées au sauvignon et crème fouettée ». Je l’ai choisi parce que la présentation était à en faire du pied à Michalak. Et là, il faut le dire, ils ont un pâtissier plutôt cool dans leur équipe !
Tarte aux poires pochées au sauvignon et crème fouettée.

Tarte aux poires pochées au sauvignon et crème fouettée.


En revanche 6 € le thé… c’est chaud.


 .
     Le Sugar Plum s’est changé en l’Enclos de Ninon cet été, laissons-lui sa chance. Le lieu est un peu trop aseptisé, mais c’est une ambiance qui semble plaire, c’est blanc – gris – bois (quelques touches de noir), ils vendent aussi certains de leurs produits, il y a des prises au sol .. que demande le peuple à part des Open Bars de whisky et du wifi ?
 .
     Il n’en demeure pas moins que, si le lieu est un peu impersonnel, il reste parfait pour retrouver des camarades / collègues pour un travail de groupe, travailler tout seul parce que t’as pas d’ami (ou que tu veux pas les voir, #ermite), avec tes lunettes anti-lumière bleue de chez Edie&Watson, ou encore pour faire comprendre à quelqu’un qu’il se fait Friendzoner.
 .
 Mini-chipotage :
– Faudrait être un peu moins radin économe sur le jus d’orange pressé.
 .
Ah, au fait … On en parle ou pas du nom ?
Ninon de Lenclos, just google it.
Spoiler alert:
– c’était une courtisane cool.
– son opinion comptait pour Louis XIV.
– à 77 ans, Ninon a fricoté avec un abbé.
 .
Marie
Marie Logo

Les Fernandes | Bonne Adresse

18 rue Guisarde, 75006 Paris.


Les Fernandes

Contexte :

  • Samedi soir 1er Octobre, sortie de vernissage d’une galerie où une artiste coréenne exposait des mosaïques de photos d’elle entrain de faire « voler » ses robes à travers le monde (Oui, le monde de l’art contemporain est mystérieux).
  • Famine en moi.
  • Dans mon sixième arrondissement chéri que je connais presque par cœur.
  • Heu, c’est nouveau ça ?
  • Moi. Manger. Là.

Entre les devantures sombres ou en bois naturel *POUF* éclate à mes yeux la devanture de ce bistro. Comme je sais lire (oui parfois je me vante), je lis et *POUF*, sous le nom rigolo (bon… le deuxième prénom de mon père c’est Fernand), une petite phrase qui accroche.

 » Le bistro de filles que les garçons adorent « 

img_1395

GIRL POWER CONCEPT

Les Fernandes, c’est une équipe de 3 femmes + un commis avec un chromosome Y (personne n’est parfait…)

Une équipe MILF féminine qui a voulu revisité le bistro parisien, comment ?

En privilégiant les produits du marché et en laissant l’ailleurs influencer nos assiettes ici.

(produits du marché et de saison peut-être ? J’y retournerai pour me péter le bide vérifier)

La carte des Fernandes offre aussi une sélection de vins qui fait de la place à ceux de leurs amies pochetronnes, heu vigneronnes.

(Note pour moi-même : se faire copine avec une vigneronne)

Pourquoi on dit oui ? 

  1. Il y en a pour tous les goûts, du morfal au #Healthy.
  2. Il y a des entrées transformistes (c’est à dire qu’on peut les prendre en plat).
  3. Le lieu a du caractère, des poutres apparentes toutes repeintes en blanc, deux petites colonnes peintes en bleu électrique*, des ampoules nues (coquines) dont les filaments sont design.
  4. C’est subtil, raffiné, jusque dans la présentation sans que le prix nous snobe et nous tchipe.
  5. Les Fernandes sont vraiment mais vraiment gentilles, chaleureuses, souriantes, – ce qui change du garçon de bistro parisien à qui faudrait limite faire une révérence avant de commander –  genre Chez Laurette dans la chanson de Michel Delpech, mais en couleur et plus dynamiques. Elles osent même donner leur avis si on hésite entre des plats ou elles nous trouvent des compromis.

*non, Mimine, ce ne sont pas des canalisations.

Mini Chipotage :

On pourrait avoir un petit menu pour le soir ? siouplaaaaaaît <3

fe9cc804-c14b-4ac7-bcb8-14e0621ba24b

Entrées : Celle du jour avec tout plein de champignons (sauf hallucinogène) et l’autre était un œuf mollet – crème de petits pois – tuile de parmesan.

Plats : Tartare de saumon aux pommes granny, mangues et oignons rouges avec coriandre et l’autre était un suprême de poulet fermier jaune des Landes, jus à la sauge, ail en chemise, écrasé de pommes de terre.

 

 

http://lesfernandes.fr

 

Allons gaiement nous remplir la panse,

et faire frétiller nos papilles de façon intense,

sans que nos derrières ne deviennent immenses.

Marie

Marie Logo

« Older Entries